Nouveautés WikiLove et J'aime

WikiLove

Ces deux dernières semaines, beaucoup d'évolutions ont été remarquées mais certaines sont loin d'être remarquables comme Facebook. Une petite pause s'impose pour bien apercevoir l'ampleur des modifications apportées par Amazon ou encore Wikipédia. Un prochain billet sera entièrement consacré au géant Google qui tente sa révolution du web avec le nouveau service Google Plus après le Google +1.

Bien situer le web

Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère du web. En effet, les internautes peuvent juger de la pertinence d'un site web et notifient leurs contacts dans ce sens. La note reçue influerait même sur le positionnement du site dans les moteurs de recherche. 

Pour la première fois, les internautes prennent le pouvoir et décident des sites pertinents ou pas. C'est une des définitions du web 3.0.

Wikipédia et son WikiLove

La célèbre encyclopédie libre a développé son propre bouton d'appréciation à la manière de Facebook. Actuellement en test, le WikiLove permettra de remercier l'auteur d'un contenu de l'encyclopédie.

Remercier les auteurs

Le WikiLove, visible par un coeur au niveau de la barre de menu, sera accessible depuis la page du contributeur et permettra à l'internaute de remercier l'auteur.

Le bouton WikiLove pour remercier les 
auteurs

A ce commentaire pourra être ajouté une petite attention sous forme d'image, soit une étoile, soit une bière, soit un chaton ou une autre image à la discrétion de l'internaute.

Interface du WikiLove

Solliciter l'intéraction

A l'heure actuelle, Wikipédia ne permet pas facilement de commenter les contenus ou d'interagir avec les auteurs. Cette possibilité, qui sera en test sur la plateforme anglaise à partir d'aujourd'hui selon le blog Wikipédia, augmentera la cohésion des internautes autour du projet originel et fait suite à une étude des besoins et demandes des utilisateurs.

Amazon copie le J'aime

Le célèbre site e-commerce dévoile depuis peu son bouton J'aime, réplique quasi exacte du bouton Facebook sans sa charte graphique et discrètement en test depuis un an.

Le bouton J'aime d'Amazon

Un utilisateur identifié sur le site d'Amazon pourra cliquer sur ce bouton. Le but n'est pas de signaler à ses contacts l'appréciation du produit car Amazon n'est pas encore un réseau social. Cependant, l'internaute pourra se servir du bouton J'aime comme un compteur qualifiant le produit vendu par Amazon et permettre une meilleure visibilité des produits les plus appréciés.

Cependant, on est encore loin d'un réseau social dans le sens où un internaute ne peut pas voir ce que son contact aime. Cette visibilité des appréciations est peut-être déjà à l'étude.

Le J'aime où comment développer sa visibilité

L'utilisation de ce bouton a deux objectifs non négligeables pour un site web :

  • En faisant participer les internautes à ces classements, on sollicite une communauté qui se sent écoutée et crédibiliées ;
  • En laissant les internautes noter les produits et services, l'administrateur du site web s'évite ainsi beaucoup de travail puisque la communauté effectue ces analyses et les indique à sa place.

Autrement dit, on réduit le travail interne de gestion en laissant la part belle aux internautes membres d'Amazon. Ce gain de travail accroit la rentabilité du site et développe sa visibilité sur le net, un bénéfice immense pour les e-commerces.

Les limites de ces conceptions participatives

Beaucoup de sites marchands ont fait l'objet d'enquêtes sur leurs avis laissés par les internautes. Bizarrement, nombre de commentaires étaient faux voire même rédigés par les administrateurs des sites d'e-commerce.

Quand on sait que 90% des consommateurs croient les avis des précédents clients, on comprend que certains sites peu scrupuleux profitent de ce système et abusent des commentaires frauduleux pour propulser en tête de gondole des produits surévalués.

Le but initial était louable et très intéressant pour la gestion du temps d'un administrateur de site. Cependant devant les nombreux abus, toutes ces opérations de séduction clientèle passant par un vote rapide ou un commentaire positif sont finalement à jauger pour tenter de déceler le vrai du faux.

 

Des modérations à modérer, on marche presque sur la tête non ?

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.